Dommage…

Le Figaro

http://sport24.lefigaro.fr/football/coupe-du-monde/2014-bresil/actualites/platini-appelle-les-bresiliens-au-calme-691737

 

Platini appelle les Brésiliens au calme

Par La rédaction, 26-04-2014

– Panoramic

En marge du comité de pilotage de l’Euro 2016 vendredi à Paris, le président de l’UEFA a commenté la situation sociale au Brésil à 48 jours du coup d’envoi du Mondial 2014.

Alors que des troubles sociaux de grande ampleur menacent de s’inviter lors du Mondial 2014 au Brésil, Michel Platini a appelé le peuple brésilien à mettre en sommeil ses revendications contre la hausse des prix, la corruption endémique et le manque d’investissements dans les infrastructures pendant la durée de la compétition. «Le Brésil, faites un effort pendant un mois, calmez-vous !», a lancé le président de l’UEFA en marge d’une réunion du comité de pilotage de l’Euro 2016 organisée vendredi à Paris.

S’ils peuvent attendre au moins un mois avant de faire des éclats sociaux, ça serait bien pour l’ensemble du Brésil et la planète football

A un mois et demi du coup d’envoi du Mondial 2014 au Brésil, Michel Platini a demandé au peuple brésilien de profiter de l’événement plutôt que d’en faire une tribune à la grogne sociale : «Il faut dire aux Brésiliens qu’ils ont la Coupe du monde et qu’ils sont là pour montrer la beauté de leur pays et leur passion pour leur football. S’ils peuvent attendre au moins un mois avant de faire des éclats sociaux, ça serait bien pour l’ensemble du Brésil et la planète football

 

Puis d’ajouter : «Rendez hommage à cette belle Coupe du monde. On a été au Brésil pour leur faire plaisir. Aller au Brésil, c’est comme si les Musulmans allaient à la Mecque, les Chrétiens à Rome et les Juifs à Jérusalem. C’est pour ça que tout le monde se fait une joie d’aller à la Coupe du monde au Brésil. Eh bien les Brésiliens, il faut qu’ils se mettent dans l’idée de recevoir les touristes du monde entier et que pendant un mois, ils fassent une trêve. Pas des confiseurs, mais qu’ils fassent une trêve.» Une prise de position qui pourrait néanmoins alimenter un peu plus la rancœur du peuple brésilien, largement laissé pour compte de la future grand-messe du football mondial.